+

(Re)mettons nous au dessin et au coloriage !

∞ Bonjour enfant intérieur ! ∞

C’est à toi que je m’adresse aujourd’hui !

Avant, quand tu avais toute ta place, tu faisais de nous des créateurs, des distributeurs de couleurs, des inventeurs d’animaux improbables et d’être humains à 4 doigts !

Seulement voilà, depuis qu’on t’as mis de côté et un peu oublié, cette magie du coloriage, du dessin pour dessiner s’est quelque peu dissipée, telle un vague souvenir …

Quelle tragédie !

Je m’explique. Les « adultes » pensent que le coloriage et le dessin c’est pour les enfants et que si quelqu’un en fait toujours à l’âge de la maturité :

  • Soi il est dans des études d’art/d’architecture… enfin bref, l’excuse parfaite !
  • Soi il est dans une forme de loisir et pour les autres « ah tu dessines, c’est pas mon truc, je sais vraiment pas dessiner » et basta !
  • Soi il passe pour quelqu’un qui n’a vraiment rien d’autre à faire que « perdre son temps à faire des gribouillages » !

Alors, je me demande : pourquoi faut-il avoir une excuse pour prendre une feuille, un crayon/des feutres/crayons de couleurs et s’y mettre ?

En cherchant des réponses, je me suis dit qu’il serait plus efficace de te donner des raisons de t’y (re)mettre :

  1. La première (qui devrait être la seule) : te permettre à toi, enfant intérieur, de t’exprimer et de ne pas rester dans ton coin ! C’est vrai, quoi, y’en a marre des activités sérieuses d’adulte parfois…
  2. Mettre de la couleur dans ta vie ! C’est simple, un coloriage est à la base noir et blanc. Tu as un socle sur lequel t’appuyer mais les couleurs elles t’appartiennent et peuvent te permettre d’exprimer ce qui se passe en toi à ce moment là !
  3. Partir de zéro : une fois réhabitué à utiliser ces outils, pourquoi pas créer son propre futur coloriage. Prend une page blanche ou non et laisse faire l’enfant en toi. Peu importe tes qualités de dessinateur, ce moment tu te l’offres à toi !
  4. Sortir des émotions « coincées » en nous. Je vais prendre ici l’exemple du mandala. Faire un mandala pourrait être comparé à de l’art-thérapie ! J’ai trouvé cette belle description par Simone Godin : Lorsque la personne dessine un mandala, elle donne une couleur ou des couleurs à son état d’âme du moment. Elle peut également donner une forme à son vécuforme animale ou végétale, elle peut lui donner un mouvement, une texture. Elle projette ainsi hors d’elle-même, ses émotions. Le MANDALA devient un miroir qui permet à la personne d’exprimer plus facilement son vécu, ici maintenant. De plus, sa forme caractéristique nous renvoi à notre conformation : le centre est notre être profond et plus on s’en éloigne, plus on passe dans le superficiel, ce qui se voit ! Certains disent même que colorier un mandala de l’extérieur vers l’intérieur permet l’introspection et la concentration ! Et si on essayait ?
  5. Le gribouillage aide à se concentrer : selon une étude anglaise, gribouiller pendant un cours/une conférence permettrait de mieux retenir et de mieux se concentrer sur le message déversé, surtout si celui-ci est ennuyeux…ceci explique cela …
  6. Ce même gribouillage aurait un rôle méditatif, c’est ce qu’on appelle le « Zendoodle », en voici quelques exemples :

     

Je pense que toute forme de dessin : coloriage, mandala, gribouillage peut se vivre comme une méditation, un moment de vide, de non jugement pour soi.2e1ax_default_entry_2013022151261cbb9fea31

J’adorais quand j’étais un peu plus jeune prendre une gigantesque palette de feutres, imprimer n’importe quel coloriage et utiliser le plus de couleurs différentes possibles ! En réalité j’aime toujours ça et il m’arrive de faire un mandala par ci par là ou d’en imprimer que je colorie.

Au passage, tout comme toi, je trouve magnifiques les livres de coloriage que l’on peut acheter presque partout maintenant mais je ne pense pas que l’investissement dans ce genre de recueil soi nécessaire (plus de 10€ tout de même). Je peux comprendre que si l’inspiration ne vient pas, que l’on veut mettre notre argent dedans, on le fasse, j’ai moi-même longtemps hésité à plusieurs reprises devant les rayons de coloriages pour adulte. J’ai fini par me dire que la richesse d’internet peut nous permettre de trouver énormément de choses et une nouvelle idée a germée en moi : pourquoi pas créer son propre recueil. Plutôt que d’offrir un tel livre à quelqu’un ou à soi-même, prends un joli cahier et chaque fois que l’occasion se présente, dessine un nouveau coloriage que tu coloriera juste après ou plus tard, ou jamais ! Tu obtiendras un recueil de dessins retraçant tes émotions du moment au fil des jours. C’est pas trop chouette ?!

Voilà mes « œuvres », car une chose importante est de rester bienveillant(e) envers soi-même, on ne dessine pas forcément pour devenir le nouveau De Vinci et si c’est ton but alors laisse faire ton enfant intérieur, lui il sait le chemin qu’il a à faire ! Car oui, De Vinci a eu 4 ans un jour…je crois…

Oui, un petit penchant pour les mandalas en ce moment… 😉

Pour en savoir un peu plus sur le mandala, c’est par là !

Pour découvrir le Zendoodle, vas faire un tour ici !

Sur ce, je te souhaite de (re)mettre de la couleur dans ta vie et…

∞ Exprime ton enfant intérieur ! ∞

enfant32

+

Le lavage de nez avec le Lota !

∞ Bonjour ! ∞

Nous allons parler aujourd’hui du Lota !

lota_nasal-01

« Mais qu’est-ce que c’est ? » me diras-tu. Et bien ce magnifique engin a été conçu pour faire ce que l’on appelle le « lavage de nez ». J’imagines que tu comprends bien le principe mais on peut se demander pourquoi laver le nez ? On pourrait croire que le nez est autonettoyant, la preuve, on se mouche quand on est malade (ou pas d’ailleurs…) OUI MAIS tu as surement déjà pu constater à quel point le bon vieux mouchoir (qu’il soit en papier ou en tissu) est inefficace en cas de gros rhume ou quand les sécrétions nasales sont insuffisantes (quand c’est sec quoi…).

Pour commencer, une petite présentation des cavité nasales, tu vas voir, c’est fascinant !

Sans titre 1.jpg

Te voilà de profil ! Tu peux observer sur ce schéma que le chemin de l’air est représenté en bleu. Il rentre donc dans les 2 narines, passe derrière  la cavité buccale (bouche) et part vers les poumons en empruntant la trachée.

Il y a donc toute une partie communicante entre non seulement tes 2 narines mais aussi entre ton nez, ta bouche, ta gorge et même tes oreilles (mais ça ne nous sert pas ici) ! On nomme cette partie le pharynx.

Sans titre 3

Tout l’intérêt du lavage de nez sera de faire passer de l’eau dans les cavités nasales sans qu’elle ne coule dans la bouche (c’est mieux !).

jala_neti_zijaanzicht

Venons-en maintenant au matérielpar0410

    Certains médecins préconisent d’utiliser des pipettes de sérum physiologique (NaCl) directement dans chaque narine. Pour avoir essayé quand je n’avais rien d’autre, je te le déconseille, ce n’est absolument pas dangereux mais ce n’est pas vraiment efficace

C’est pourquoi je te conseille d’investir directement dans un lota ou neti pot (vient de « jala neti » qui en sanskrit signifie « lavage du nez par l’eau ») ou encore Rhino Horn® (nom sous lequel il est vendu en pharmacie).

Sans titre 4

Cet accessoire coûte entre 7 et 20€ (en fonction du matériau : plastique/porcelaine et de la taille). Il suffit ensuite d’acheter du sel (non traité, au mieux) et te voilà équipé !

Comment ça marche ?

  • Remplir le pot d’eau tiède et y ajouter 1cc de sel pour 500 ml  (à adapter en fonction de la contenance du pot).
  • Laisser le sel se dissoudre pendant quelques minutes en remuant
  • Une fois que le sel s’est dissout, positionner l’embout dans une narine, se pencher au dessus d’un lavabo et pencher la tête sur le côté. L’eau va s’écouler d’une narine à l’autre, rectifier la position si de l’eau coule dans la gorge.neti
  • Boucher la narine qui contenait l’embout et souffler fort par l’autre narine.
  • Recommencer avec l’autre narine
  • Si de l’eau reste, mettre la tête en bas, l’eau s’écoulera naturellement

Quand faire le lavage de nez ?

  1. Quand celui-ci semble bouché, congestionné, que des sécrétions ne cessent de sortir… bref lors d’une bonne crève ou d’une crise allergique ! A faire 2 fois par jour jusqu’à rémission.
  2. Pour prévenir les infections (sinusites, rhino-pharyngites et même otites)
  3. N’importe quand ! Même lorsqu’on est pas malade, nous avons tous intérêt à adopter cette pratique. Pourquoi, me diras-tu ? Car il est primordiale de prendre soin de la muqueuse qui tapisse nos voies aériennes.

La muqueuse est une couche de cellules qui produit du mucus pour piéger les saletés et les évacue grâce à des cils. Ces cils peuvent être endommagés par le contact avec des polluants comme la cigarette (qu’elle contienne du tabac seul ou non…) mais aussi les particules (plus ou moins fines) présentes dans l’air, générées par le transport, l’industrie, le chauffage… Ce sont des polluants auxquels nous sommes tous exposés de manière plus ou moins récurrente. Notons qu’un air sec favorise l’irritation de cette muqueuse.

De plus cette muqueuse renferme les récepteurs de l’odorat. C’est pour ça que les personnes qui fument perdent peu à peu le goût des aliments. En effet, le goût dépend du nez ! Souviens toi, la bouche est reliée au nez par le pharynx ! Donc pour préserver ces sens essentiels, on commence par limiter les polluants (pics de pollution, grands axes routiers, produits phytosanitaires, fumées…) au maximum et on pratique le lavage de nez !

Voici, pour illustrer, une vue en microscopie à balayage les cils présents dans la cavité nasale. On voit à gauche des cils en bonne santé et à droite, des cils quasi-inexistants, en très mauvais état. Ça fait froid dans le dos…

Les personnes allergiques au pollens et autres substances respirables se verront soulagées par le « jala neti » pratiqué de manière régulière (voir quotidienne).

   Les yogis utilisent cette techniques pour garder le nez bien dégagé. En effet, le pranayama (contrôle de la respiration) est pratiqué par une respiration majoritairement nasale, d’où l’intérêt d’un nez propre et ouvert !

Où acheter un pot de lavage ?

  • En pharmacie : on trouve principalement le RhinoHorn® qui coûte aux alentours de 8€, il est en plastique.
  • Sur internet : je ne te donne pas de noms de sites, il suffit de faire une recherche en ligne ou de se diriger vers les grands sites de vente d’articles en tout genre (si si tu vois ce que je veux dire…). Là, les prix varient du simple au triple en fonction du modèle choisi.

Personnellement, je ne voulais pas de plastique, j’ai donc acheté celui-ci, d’une contenance de 400 ml :

lota

Ce modèle coûte environ 20€, certes, mais c’est un investissement à long terme et en plus, il est magnifique !

Si tu ressens une sécheresse nasale, je te conseille quelques gouttes d’huile dans les narines (par exemple coco en été et sésame en hiver) particulièrement avant le sommeil, cette pratique ayurvédique aide beaucoup à calmer le mental et notamment le dosha vata (air + ether).

Sur ce, je te laisse avec une petite vidéo (en anglais) qui explique le goût et l’odorat avec des reconstitutions super chouettes ! Juste pour le plaisir et pour en apprendre un peu plus sur ces 2 sens extraordinaires !

 

∞ Respire la vie et à la prochaine ! ∞

 

56a9fe8aa7577bb2dba8b1f86d0c6a21

 

Mix de rutabaga et patate douce rappés

∞ Bonjour ! ∞

Encore une recette salée ! Toujours très simple bien sûr ! Mon but n’est pas de te délivrer des recettes type livres de recettes (déjà parce que mes capacités à prendre des photos à en faire baver ne me le permettent pas) mais surtout car ce sont des recettes que je fais régulièrement le soir, qui ne nécessitent pas d’ingrédients compliqués à trouver et qui sont très simples à réaliser ! Des recettes de la vrai vie quoi !


Pour commencer, un petit point sur le rutabaga ! 

→ Le rutabaga est un crucifère (comme les choux), il a été longtemps boudé de nos assiettes depuis la seconde guerre mondiale mais le revoilà à notre plus grand bonheur !

→ Ses vertus :

  • C’est un puissant antioxydant (comme tous les choux d’ailleurs), il nous protégerait ainsi du vieillissement et probablement de l’apparition de cancers
  • Il apporte beaucoup de potassium : ce minéral participe à une bonne digestion et à la contraction des muscles, y compris le cœur (et c’est pas mal d’avoir un cœur en bonne santé) !
  • Il est riche en fibres (point commun à tous les légumes racines) ce qui facilite le transit intestinal

Petite note : on évite les fibres insolubles en cas d’intestin un peu sensibles pour privilégier les légumes sous forme de jus !

→ Bref, si on rajoute son goût très doux, inutile de dire qu’il est urgent qu’on l’intègre un peu plus à nos repas !

Au passage : Une idée très simple pour les enfants (petits et grands) peu habitués aux légumes moins courants : une purée de pommes de terre ET rutabaga ! On met 1/3 de rutabaga pour 2/3 de pommes de terres, ça donne un goût très sympa à la purée et ça change un peu du classique pomme de terre / carottes !


 

Revenons à notre recette de base (qui en passant plaira même aux enfants !), elle allie le rutabaga à la patate douce (si tu ne connais pas la patate douce, fonce dans ton magasin bio ! Tu ne peux pas quitter cette terre sans avoir au moins une fois goûté cette plante absolument délicieuse !)

Du côté des ingrédients : (pour 2-3 pers)

  • 1 boule de rutabaga
  • 1 grosse patate douce
  • 1 oignon
  • 100 ml Crème végétale
  • 1-2 poignées de raisins secs
  • Option : 1-2 poignées de graines de tournesol
  • Fénugrec (une épice indienne très sympa, des détails ici !)
  • Sel/poivreMix ruta patate douce

On prépare !

  • On râpe le rutabaga et la patate douce séparément (ils ne cuisent pas aussi longtemps l’un que l’autre).
  • On coupe l’oignon en plus ou moins gros morceaux selon ce qu’on préfère et on le met à cuire à la poêle dans un peu d’huile végétale. Une fois qu’ils ont un peu réduits, on ajoute 1/2 cc de fénugrec en poudre du sel et du poivre, on remue le tout.
  • On ajoute le rutabaga aux oignons et un fond d’eau (juste un fond, il ne faut pas recouvrir les légumes). On laisse cuire 5 min à couvert.
  • Vient le tour de la patate douce râpée de passer à la poêle, on la mélange au reste avec un peu d’eau si nécessaire et on laisse cuire encore 5 min à couvert
  • Quand les légumes sont presque cuits (toujours un peu fermes) on ajoute les raisins secs et la crème. On rectifie le goût en rajoutant un peu de fénugrec et de sel si besoin.
  • En bonus : on ajoute quelques graines de tournesol pour que sa croque, en fin de cuisson !

Voilà ! Encore un plat savoureux et relevé, préparé en une demi-heure !

img_2844

∞ Plein de pensées positives et de parfums épicés ! ∞

+

La force de l’intention ou comment voir ce que l’on croit

∞ Bonjour ! ∞

On nous répète assez que « dans la vie, il faut être optimiste » qu’il faut « voir le verre à moitié plein ».

Je dois dire, que ça a toujours été pour moi ce qu’on pourrait appeler une règle de vie. Une règle que je me contentais de suivre. Le genre à se persuader que ça va s’arranger, même si au fond quelque chose nous fait douter. On n’est pas sûr à 100%… Et bien le mental (ou l’ego) se focalisera sur ce petit doute et se persuadera que l’on n’est pas capable. Et hop ! Le verre se retrouve à moitié vide !

Depuis j’ai découvert que c’était bien moi et moi seule qui par l’intermédiaire de mes pensées, façonnais non seulement ma vision de la vie mais surtout la vie elle-même ! Quel flip ! Mais en même temps quelle joie !

Qu’est-ce-que ça donne ? Et bien si je vis mal une situation, c’est seulement mon mental qui construit des pensées négatives et ça y va les :

« – J’y arriverais jamais de toute manière

– J’ai pas de chance c’est comme ça

– ça tombe toujours sur moi

– Je n’en suis pas capable »

Un exemple : J’attends qu’une bonne amie pense à moi pour mon anniversaire or, je ne reçois même pas un petit message. Mon mental entre en action : « au fond, notre relation n’est peut-être pas aussi importante pour elle que pour moi », « à chaque fois c’est pareil, je m’implique trop dans des relations à sens unique… » et blablabla et ….

Le résultat : je suis vexée, je passe un mauvais moment et je repars avec encore moins de confiance en moi.

Le mental a le don de nous faire tout remettre en question de manière le plus souvent néfaste pour nos émotions. Au fond, pourquoi suis-je vexée ? Parce que j’attends d’un(e) autre l’attention que je ne m’accorde pas moi-même. As-tu remarqué que les jours où tu es particulièrement fatigué(e), un rien te rend triste ou en colère ? Les événements de notre vie sont vécus totalement différemment en fonction de notre état du moment, nos émotions et nos sentiments profonds.

C’est à nous de nourrir l’amour que l’on a pour notre être profond. On ne doit pas attendre des autres qu’ils nous apportent ce que l’on ne prend pas le temps de faire pour nous.

Facile à dire. A faire…et bien si, aussi ! Au début, c’est difficile, il faut apprendre à lâcher ses rancœurs, ne pas en vouloir à l’autre dès qu’il nous fait nous sentir mal… Car, au fond, ce n’est pas lui qui est responsable de ce sentiment. L’autre est là pour faire bouger des choses en nous dans le but qu’on leurs porte un peu plus d’attention.

Il faut bien se dire aussi que tu peux être là au moment où la personne a besoin d’extérioriser quelque chose. Elle va donc le reporter sur toi. Plutôt que de se comporter comme une éponge et de prendre cette remarque/insulte/mauvaise humeur directement pour sa pomme, la solution est tout simplement de la laisser passer. S’il s’agit d’un de nos proches, la remarque va nous atteindre d’autant plus, mais en réalité c’est une super occasion de découvrir ce que cette personne refoule au plus profond d’elle-même.

INSIDE OUT

Bien sûr, ce n’est pas à toi de décrypter ce sentiment mais tu peux l’aider à « travailler » dessus. Je n’aime pas trop employer le mot « travail », disons plutôt « porter attention».

Inutile de dire qu’il ne serait absolument pas constructif de renvoyer la balle à coup de « tu te plains tout le temps », « c’est toi le problème dans l’histoire.. » ect, ect. Notre mental a décidément de bonnes ressources, ne le laissons pas prendre le dessus de cette manière.

Je m’écarte. Je m’écarte.

    Pour en revenir à l’intention, ce qu’elle implique : que l’on croit en ce que l’on souhaite au plus profond de nous. Combien de personnes à qui tout le monde a tourné le dos ce sont retrouvées à accomplir de grandes choses (exploit olympique, art, études, …) ?

Tu veux changer ? Dis-toi que tu es déjà un être complet. La vie te permettra de tester des choses, de choisir une direction parmi des milliers pour accomplir ta « mission de vie ».

Parles toi avec bienveillance, douceur et positivité. On évite les « je ne veux plus échouer », « je ne veux pas finir seul ». Dis ce que tu veux et j’irais même plus loin, dis ce dont tu veux persuader le monde. Tu aimes la musique et veux en faire ta vie ? Mais dans ta famille, on est plus grandes études et stabilité d’emploi. Ces personnes tenteront de t’arrêter de te détourner de ce qui te plait vraiment. Ce n’est pas de leur faute, ce sont des désirs et des inquiétudes qu’ils reportent sur toi. Inspires toi de ceux qui ont réussi ce que tu comptes entreprendre – surtout ne leur ressemble pas, tu es toi, un être singulier – et inspires à ton tour les personnes qui auparavant ne croyaient pas forcément en le chemin que tu as pris.

Ce qui est génial et en même temps légèrement flippant, c’est que si je vais mal, si la vie semble ne pas m’avoir aidé, je peux changer ça ! Il suffit que je le veuille. La plupart des personnes qui s’enferment dans la noirceur refusent toute aide extérieure car ils ont peur de transcender cet état pour en faire quelque chose de grand. La mélancolie est confortable au fond, la tristesse nous permet d’attirer l’attention sur nous, c’est une expérience à vivre. Mais si je veux m’éveiller un peu plus, je dois dépasser cette étape et emprunter le chemin de vie qui me met en joie.

483497_445860495473699_10613491_n

Un docu qui a beaucoup résonné en moi : La puissance de l’intention

Une petite chose à écouter sur Radio médecine Douce : Demandez et vous recevrez

Ce qui compte c’est la manière dont je vois ma vie. Depuis que je suis tombé sur cette citation, elle me guide chaque jour :

« Je ne perds jamais. Soit je gagne soit j’apprends. »

Nelson Mandela

Empruntons des chemins, faisons des erreurs et repartons de nouveau !

∞ Plein d’amour universel pour toi et créé le monde que tu veux

voir par tes pensées ∞

 

Une utopie ? Quand j’étais petite …

… Je rêvais d’être grande. C’est toujours comme ça, on veut ce qu’on n’a pas ou pas encore… Aujourd’hui il  y a de quoi se poser la question : MAIS POURQUOI VEUT-ON A TOUT PRIX DEVENIR rc3aaveur-d-enfant-35224072ADULTE ?!

Voici quelques éléments de réponse :

  • Parce que les grands savent tout
  • Parce qu’ils comprennent tout
  • Parce qu’ils font ce qu’ils veulent
  • Parce qu’ils ne vont plus à l’école !
  • Parce qu’ils ont juste à avoir une carte bancaire dans leur poche pour pouvoir s’offrir toutes les merveilles du monde
  • Parce que tous les adultes ont une carte bancaire… non ?
  • Parce qu’ils peuvent conduire une voiture, une moto et un vélo sans le casque et personne ne leur dit rien !
  • Parce qu’on adore les imiter pour tout !
  • Parce qu’on rêve de devenir astronaute, rock star ou encore président de la Terre et que pour faire tout ça, il faut être un grand !
  • Parce qu’ils ne pleurent presque jamais…

Bref, ça fait beaucoup de raisons.

Je pense qu’une des principales de cette liste est que l’on veut ressembler aux personnes qu’on aime. Parce qu’ils ont l’air heureux, parce qu’on veut qu’ils soient fiers de nous ! Et pour la simple et bonne raison que c’est comme ça que ça se passe partout chez presque toutes les espèces animales !

Regardes maman/papa, je fais comme toi !

On se sent appartenir à notre famille et en même temps on apprend plein de choses !

N’étant pas dans la tête des gens, je vais t’expliquer pourquoi moi je voulais devenir adulte.

> Déjà pour un bon nombre des raisons citées au dessus, bien que j’aimais l’école et que l’idée de conduire autre chose qu’un vélo me terrifiait ! Je me rappelle ne pas avoir compris pourquoi mes parents disaient toujours « on a plus de sous, il faut faire attention » alors qu’il suffisait de rentrer la carte magique dans un distributeur et qu’on repartait avec tous les sous dont on avait besoin.

> Mes premières escapades dans des centres commerciaux sans mes parents étaient pour moi exceptionnelles et tellement excitantes ! J’allais pouvoir acheter ce dont j’avais envie, personne pour me dire de faire attention, un choix de produits à n’en plus finir… {Rassures-toi, aujourd’hui je ne fréquente les centres commerciaux qu’en cas de force majeure !} A l’époque ça semblait se rapprocher de ce qu’on pourrait appeler la liberté !


En même temps, quand j’étais petite, une question revenait souvent à moi : pourquoi les adultes n’ont jamais le temps de rien alors qu’ils ne vont jamais à l’école et qu’ils n’ont pas de devoirs à faire ? J’ai appris ensuite que tout ce temps était consacré à « l’activité du grand » par excellence : le travail.

Une deuxième incohérence m’est donc venue : « si les adultes font ce qu’ils veulent, pourquoi se forcent-ils à travailler tout le temps sachant qu’ils ne peuvent plus rien faire d’autre de leurs journées ? » Ceci était une des raisons pour laquelle je n’étais finalement pas si pressée d’être une adulte. Etre grande oui mais une adulte « responsable, qui travaille », non, non et non !

Puis vient un jour où on nous apprend que le travail rapporte de l’argent et que l’argent c’est ce qui permet de tout faire sur Terre. Sans cet argent, on ne fait rien, même s’acheter à manger ! D’ailleurs ceux qui n’en ont pas meurent de faim et c’est comme ça.

Est-ce à cause de cette prise de conscience (ou plutôt ce mensonge) que nous avons oublié les 10 à 20 premières années de notre vie ; années pleines de rêves, de découvertes et de passions ? N’y a t-il personne qui veut que l’argent ne soit plus le seul moyen de nous épanouir ? Car c’est ce que l’on nous fait croire tout le temps. « Tu veux faire ci ? Fais d’abord des études qui t’assureront un boulot et de l’argent. Tu veux voyager ? Travailles d’abord, t’auras tout le temps pendant ta retraite. »

Ces phrases sont lourdes de sens et se transmettent de générations en générations.

Une autre chose, de nombreux enfants pour qui le modèle scolaire ne leur étant pas adapté se sont retrouvés en échec. Un échec social si pesant qu’il conditionne la vie entière de l’individu et le persuade qu’il ne pourra rien faire de sa vie car celle-ci n’aurait pas de sens sans réussite et sans argent.

/! Attention, je ne blâme personne, ni les parents (qui cherchent à faire de leur mieux), ni les enseignants (qui sont pointés du doigt dès que quelque chose ne va pas). Je ne fais que constater. Je constate qu’une poignée de gens gouverne tous les autres car un jour, nous avons laissé naître en nous l’idée qu’il est normal de dépendre de quelqu’un par l’intermédiaire de l’argent et de « l’éducation ».

Si tout le monde savait comment est « fabriqué l’argent », plus personne n’aurait envie de l’utiliser … (je te renvoies au Film « Demain »pour ça).

Quand j’étais petite, j’étais persuadé que « le grand » avait toujours réponse à tout et que donc il savait…tout. Les scientifiques avaient déjà compris le monde, nous étions à l’apogée de la connaissance, les médecins soignaient ou soigneraient toutes les maladies grâce aux médicaments et parce qu’un grand disait : « tu dois manger ton yaourt sinon tu n’auras pas de calcium pour grandir » et bien c’était la vérité absolue. Si je ne comprenais pas tout où qu’un adulte ne répondait pas à une de mes questions, c’est que j’étais trop petite pour comprendre.

Puis arrivée à l’adolescence, les adultes ont remplacé leur « tu verras quand tu seras plus grande » par « on ne le sait pas encore, ce sera à toi de le découvrir« , une partie de moi s’est effondrée. Comment ça on ne sait pas ? Pourquoi se base t’on sur des théories et non des faits ? A partir de ce moment là, une nouvelle activité s’est développé dans ma vie : tout remettre en question. M’interroger sur la manière dont les scientifiques découvrent ce qu’ils découvrent et théorisent ce qu’ils n’expliquent pas vraiment.

Théorie de l’évolution (Cette vidéo est géniale …)

MAIS ALORS ? Sommes-nous voués à vivre la vie que d’autres attendent de nous ? Est-il trop tard pour agir ? Je veux croire que non et je ne suis pas la seule.

Dans les prochains articles, nous explorerons les solutions et les alternatives à ce système défaillant dans lequel nous sommes. Nous trouverons comment plus écouter l’enfant qui est toujours en chacun de nous et que nous oublions trop souvent.

« Pas une carte au monde n’est digne d’un regard si le pays de l’utopie n’y figure pas. »

Oscar Wilde

∞ Embrasses ton enfant intérieur pour moi et laisse lui la place de se réaliser ! ∞

kid-president-1024x576

Fondant chocolat & délicate noix de coco !

IMG_25222

∞ Hello ! ∞

Me voilà avec ma recette MAGIQUE de fondant choco/coco. Et là tu te dis : « encore un gâteau au chocolat ! » Et je te réponds OUI ! Car après de multiples essais, je suis enfin arrivée à obtenir un gâteau fondant dedans et un peu ferme à l’extérieur, léger avec un subtil goût de coco ! Pour les non amateurs, je précise que cette recette a séduit les plus réticents à la noix de coco de mon entourage !

Cette recette est relativement simple et rapide : pas mal en cas d’envie soudaine de gourmandise !

Voici donc le Graal ! (bon ok, je m’emballe un peu quand on parle de chocolat)

Tu auras besoin de :

Fondants choco

  • 4 œufs (que tu peux remplacer : petites astuces ici !), → j’ai testé du pudding de chia au lait d’amande pour remplacer les œufs : c’est délicieux et plus digeste !
  • 100 ml de crème de coco (un lait de coco épais fait largement l’affaire)
  • 120 g sucre complet
  • 300 g de chocolat dessert (je le préfère avec un pourcentage élevé de chocolat)
  • 150 g d’huile de coco (ou de margarine si la coco n’est vraiment pas ton truc !)
  • 100 g de poudre d’amandes (ou de la farine, mais la poudre d’amande donne un rendu plus léger)

Cette recette est sans céréales (blé, ris, maïs…) et donc sans gluten et vegan si on utilise du pudding de chia, ce qui en fait un dessert assez léger !

Ensuite, rien de plus simple :

  1. Découper le chocolat en morceaux et mettre à fondre au bain-marie avec l’huile de coco
  2. Pendant ce temps, mélanger les 4 œufs en les faisant mousser (ça allège le gâteau), rajouter le lait de coco OU préparer 180g de pudding de chia (1 cup de lait + 4 cs de graines de chia) et on laisse reposer une 1/2 heure en remuant de temps en temps
  3. Ajouter le sucre complet et bien mélanger
  4. Intégrer le chocolat et l’huile de coco fondus
  5. Finir par la poudre d’amande

Enfin, prendre un ou des moule(s) au choix, enduit(s) d’huile de coco et enfourner à 200° pendant 15 à 25 min en fonction de l’épaisseur du gâteau et du moule. Il doivent rester bien fondant dedans, en refroidissant, une petite croûte va se former. On les mange tiède ou froids avec un petit verre de lait végétal (coco, amande… ♥).

Tu peux stocker tes gâteaux dans une jolie boite en verre ou en métal pendant quelques jours, mais inutile de préciser qu’en général, ils n’attendent pas longtemps (enfin pour ma part du moins…) !

IMG_2522

Petit : la dernière fois, j’ai ajouter un peu de fibres de jus de carotte → aide à la digestion en plus des graines de chia  et c’est teeellement bon…

Donne-moi ton avis et ta recette préférée de gâteau au chocolat, avec une photo de toi quand tu le manges. Le bonheur est bien plus grand quand on le partage ! 😉

manger-goulument-gateau

∞ Bisous chocolatés & mange la vie sans modération ! ∞

Comment manger des légumes en hiver ?!

verdura

∞ Bien le bonjour ! ∞

Ça y est, depuis que les courgettes, les tomates et les concombres sont partis, tu ne manges plus que de la soupe de poireau et des patates … Et encore…

Pour toi l’arrivée de l’hiver signifie forcément manger lourd ou des légumes et des fruits pas murs qui viennent de l’autre bout du globe ?

Et bien, je vais te montrer que tu peux :

– manger ta ration recommandée de légumes avec plaisir !

– sauver la planète

– faire le plein de tout ce dont tu as besoin au moment où tu en a besoin!

J’espère avec cet article, te donner l’envie de te jeter sur les légumes de saison d’hiver sans avoir besoin de prendre de compléments (bio ou non) ou du moins de les éviter.

Tout d’abord, une petite liste de ces fameux légumes et fruits qui aiment les doux mois d’hiver :

Du côté des légumes :

  • Les courges : butternut, potirons, citrouilles…
  • Les poireaux (ceux de la soupe mais pas seulement!)
  • Les panais
  • Les navets
  • Le chou-fleur, chou kale, chou frisé, chou rouge…
  • Le brocoli
  • Les betteraves
  • Le céleri : si ! Un peu cuisiné, c’est délicieux !
  • Les châtaignes : sans doute mes préférés !
  • Le radis noir
  • Le topinambour
  • Les carottes
  • Les pommes de terre

Du côté des fruits :

  • Agrumes : oranges, pamplemousse, citron, mandarines
  • Ananas
  • Kiwi
  • Litchi
  • Poire
  • Pomme
  • Papaye
  • Mangue
  • Grenade
  • Fruit de la passion
  • Datte
  • Avocat

Avec tout ça, les choix de recettes sont infinis !

> Notons que les fruits exotiques ne sont certes pas locaux mais ils peuvent selon moi être intégrés de manière modérée et régulière dans notre alimentation !

Je t’invite à visiter un site génial dans lequel tu peux retrouver les calendriers des fruits et légumes de saison mais aussi une fiche sur chacun d’eux, des recettes et plein d’autres choses !  Pour le voir, c’est par là !

site

Les recettes de base avec les légumes (les fruits étant plus facile à consommer, je ne développerais pas trop) :

  • Bien sûr… les Soupes ! Ce qui est génial c’est qu’on met vraiment ce que l’on veut dedans ! Elle se décline sous plein de facettes : onctueuse avec une crème végétale (le lait de coco est à tomber par terre), épicée (curry, herbes, poivre, …), plutôt sucrée (carottes, courges) ou en bouillon (en récupérant les légumes pour autre chose, bien sûr). Tu l’as bien compris, la soupe c’est super pratique et adaptable à l’infini ! Elle permet de s’hydrater sans s’en rendre compte (chose que l’on oublie souvent l’hiver) et de recycler tous les légumes qui traînent dans ton frigo ! Elle est économique et personnellement, j’en prépare toujours pour 10 puis j’en congèle un pot ou j’en garde pour la semaine (repas déjà près quand tu rentres le soir = du stress en moins !)

Ma recette préférée : courge (butternut, sucrine, potiron) – lait de coco – gingembre (recette détaillée à venir)

  • Les gratins ! Croquants sur le dessus, de multiples combinaisons possibles et très simple à faire, ils font partie de mes plats favoris en toutes saisons ! En pratique : tu découpe tes légumes en fins morceaux (en lamelles, rapés, en julienne), tu rajoutes une petite sauce (crème, tomate, ou toute base liquide), des épices au choix et tu enfourne pour 45 min à 180° (plus les légumes sont coupés fins, moins la cuisson est longue) ! Pour le côté gratiné, on peut mettre un peu de fromage sur le dessus, mais ce n’est pas obligatoire. Personnellement, j’adore mettre des graines (sésame, courge, tournesol), de la levure malté ou encore des morceaux de pain sans gluten (que je congèle et que j’émiette sur le gratin juste avant d’enfourner) ou les 3 en même temps ! Tu peux aussi t’amuser avec de la poudre d’amande, de noisette, des flocons (avoine, riz, quinoa). Enfin bref, le gratin est l’excuse parfaite pour exprimer toute ta créativité !

Quelques idées de combinaisons que j’aime beaucoup : patate douce/poireaux/muscade ; pomme de terre/brocoli/curry ; courge/châtaigne/oignons

gratin.jpg

On ne voit pas très bien, certes, mais il s’agit d’un délicieux gratin poireau/patate douce ♥

  • La cuisson vapeur ! Je te vois venir avec « mais ça n’a pas de goût »! Le goût de ton légume cuit à la vapeur dépend presque entièrement de la qualité de ce même légume et il est bien meilleur que cuit à l’eau ! Tu as comme moi le souvenir des salsifis, haricots ou pommes de terre sans goût de la cantine mais depuis que je choisi les bons produits et que je bannie la cuisson à l’eau, je redécouvre le VRAI goût des légumes ! Et crois moi, ça vaut le détour ! Rien qu’une pomme de terre avec la peau (non traitée) peut créer un feu d’artifice dans ta bouche ! Tu peux bien sûr manger tes légumes nature mais tu peux aussi les agrémenter de citron, de gomasio (sésame broyé avec du sel : un pur délice), ou une petite sauce à base de purée d’oléagineux, d’échalotes, d’huile végétale, de tomate, de crème, en fait : ce que tu veux ! Pour ma part j’utilise beaucoup la vapeur pour cuire des légumes que je rajoute à des oignons poilés avec des épices. Cette cuisson douce permet de préserver la majorité des nutriments (vitamines, minéraux, oligoéléments) et surtout, de préserver le goût ! Car le problème de la cuisson à l’eau par exemple, c’est que l’on perd beaucoup d’éléments dans l’eau de cuisson et le goût s’en trouve affecté…

Plein d’infos sur la cuisson vapeur et ses possibilités (même pour les recettes sucrées) sur ce site, il parle surtout du vitaliseur mais un panier vapeur fait parfaitement l’affaire pour les légumes !

  • Les poilées de légumes râpés ! J’adore râper mes légumes avant de les cuire ! Ils cuisent extrêmement vite et ne nécessitent pas de longues minutes de découpe ! Là, tout est possible en fonction de se qui traîne dans ton frigo et de tes envies. Je mets toujours de l’oignon ou de l’échalote avec des épices comme base et je rajoute éventuellement aux légumes, de la crème de coco ou d’amande en fonction de ce que j’ai.

poellée légumes.jpg

Mélange patate douce/rutabaga/pomme de terre + oignons + raisins sec + noix de cajou ♥

J’allais oublier …

  • La tarte fleur ! Elle fait toujours sont petit effet et s’adapte à tous légumes présents dans ta cuisine. Je prends une pâte (peu importe laquelle), je mélange un peu de crème (soja, amande, coco, au choix…) avec de la moutarde à l’ancienne (ou des épices) un peu de sel et de poivre. J’étale la préparation sur la pâte, puis vient l’étape un peu longue : la découpe. Avec un économe, je taille de longue bandes dans les légumes que je dispose en alternant sur la pâte. Voilà ce que ça donne après 30 minutes à 180°C !

    Petite remarque : la pâte n’est pas obligatoire, je pense qu’en mélangeant la crème avec 1 ou 2 œufs, tu obtiendras un équivalent en flan bien sympa ! Pas mal pour les sans gluten !


Je te souhaites de bien profiter de tous ces légumes d’hiver et on se retrouve pour les légumes de printemps avec quelques recettes !

∞ D’ici là, à bientôt dans un prochain article et

mets plein d’amour dans ta soupe ! ∞

Vite un remède ! Le concept !

Sans titre 1

∞ Bonjour ! ∞

Je viens t’annoncer ici le lancement d’une série d’articles sur des remèdes en tous genres pour soulager maux, fatigue ou douleurs SANS MEDICAMENTS !

Sans titre 2

Quand on voit que certaines petites astuces ou recettes fonctionnent à merveille, pas besoin de se jeter sur des pilules aux multiples effets secondaires et pas forcément efficaces ! Même si ces remèdes ne te correspondent pas, au pire, ils n’auront aucun effet, ils ne peuvent pas te nuire !

Ces articles ne sont bien sûr là qu’a titre indicatif et comme complément. Si tu suis un traitement au long cours, il ne s’agit pas là de l’arrêter mais de limiter les prises de médicaments que je qualifierais de « facultatifs » (antidouleurs, médicaments contre le rhume…) que l’on aurait tendance à utiliser par facilité !

Je tiens à ajouter que tu ne peux attendre d’effets magiques des petites idées que je vais te donner surtout si une bonne qualité de vie ne suit pas derrière. Par « bonne qualité de vie » j’entend l’alimentation (bien sûr), mais pas seulement : l’activité physique (de tout genre), le stress, le contact avec la nature (dont une bonne exposition au soleil, on en reparlera) ou encore les relations avec soi-même et avec les autres !

La santé est une combinaison holistique ! C’est-à-dire qu’elle va englober toutes les dimensions de ta vie, ce que l’on oublie un peu trop avec notre médecine allopathique, qui malgré ça, contient sur certains versants de très bonnes choses. Bref le débat n’est pas une remise en cause de la médecine occidentale. Tout du moins, pas dans cet article…

Mais tu l’auras compris, la santé et la vie nous concernent tous et dans tous les domaines ! Pour ma part, je trouve génial de savoir que l’on peut arriver à un bien être du corps et de l’esprit par plein de chemins différents ! C’est la magie de la vie ! (petit moment #fleurspartout et #oiseauxquichantent)

J’essayerai d’aborder tous les versants ou un maximum sur ce blog puisque c’est un des objectifs de sa création, en espérant que cela te plaise !

Je te mettrais ici la liste des différentes thématiques que j’aborderais au fur et à mesure pour mieux les retrouver !

D’ici là :

∞ Take care and enjoy ! ∞

+

Tu sens bon au naturel !

Je te parlerais ici d’une petite chose bien pratique que tu peux faire toi-même et qui te fera du bien !

Quand on voit les effets (encore en débat mais franchement) douteux des déodorants classiques [et ne parlons pas des désodorisants (je te reparlerais de la transpi’ )] ça donne moyennement envie. Comme tu n’as pas forcément des déodorants bio près de chez toi et/ou que tu ne veux juste pas mettre le prix (oui c’est plus cher, on sait), la solution est !

img_2697_2

Déodorant classique pour homme (on dit pas la marque, mais c’est partout pareil)… ça fait beaucoup de trucs pour par grand chose…

A noter que cette démarche s’inscrit aussi dans un mode de vie sans déchet puisque tu ne jetteras rien et même que tu réutiliseras ! (jusque là on a tout bon)

Comment on fait ?

Je te présente tout de suite les composants de ton futur déo et les proportions pour un petit pot ou deux :

  • Du beurre de Karité – 4 cs
  • De l’huile de coco (désodorisée ou non selon ta préférence) – 6 cs
  • De la fécule de maïs – 4 cs
  • Du bicarbonate de soude – 6 cs
  • (Des huiles essentielles)

Au niveau des ustensiles, il te faut ori-fouet-a-sauce-inox-123

  • pot-en-verreUne casserole et un petit bol pour faire du bain-marie
  • Un fouet
  • Un petit pot en verre

Préparation:

  1. Tu fais fondre le beurre de karité et l’huile de coco ensemble
  2. Une fois fondus, tu enlève la casserole du feu et tu rajoute le bicarbonate, la fécule de maïs et les huiles essentielles (facultatif)
  3. Tu remues bien et tu verse dans ton petit pot
  4. Un petit tour au frigo pendant plusieurs heures (une nuit pour ma part) et c’est prêt !

On l’applique au doigt comme une crème et ça tient toute la journée (même sportive), efficacité testée et approuvée !

Alors peu importe comment tu aimes tes aisselles, prends en soin au naturel !

les-femmes-et-stars-se-laissent-pousser-les-poils-sous-les-aisselles-et-publient-les-photos-sur-instagram-2

∞ Plein de bisous qui sentent bon ! ∞

>>> Donnes nous ton avis et parle de ton déo dans les commentaires ! <<<

Joli et gourmand … le Bouddha bowl !

moines-et-leur-bol

∞ Bonjour à toi ! ∞

As-tu déjà entendu parler du bouddha bowl ? Non ? En tout cas tu en as surement vu sur les réseaux sociaux, ils fleurissent de partout ! Mais si tu sais quand tu vois ces magnifiques assiettes pleines de bonnes choses et que tu te dis « pourquoi mes assiettes à moi ressemblent à un repas de cantine ? » Et bien la solution est là ! (Bon il en existe surement plein d’autres et je ne doute aucunement de tes talents et de ton imagination) mais moi, ça m’a remis du baume au cœur !

Le Buddha bowl c’est quoi ?

Le buddha bowl ou bol du dragon en français, c’est un bol dans lequel tient un repas complet tant sur le plan quantité que qualité (s’il est bien fait, on le rempli pas de frites hein, enfin si on peut, mais bon… tu m’a compris). On le voit surtout dans les recettes végétariennes, mais il a l’avantage de pouvoir se composer à vos envies et à l’infini !

Il a aussi un intérêt au niveau de la santé car le fait de manger dans un récipient avec des bords informe le corps (par la vue) de la quantité qu’il va recevoir. On a plus de facilité à ne pas se resservir sans faim (et sans fin) en mangeant dans un bol. Je suis curieuse d’avoir ton retour d’expérience car ça fonctionne très bien pour moi !

Le principe : on prend un GRAND bol (entre un saladier et ton bol de petit dej’) et on met :

  • Un peu de céréales/de graines/de féculents
  • Un peu de viande/poisson/œuf si vous en mangez
  • Beaucoup de légumes et de crudités (même les plus réticents les dévoreront)
  • Quelques graines germées/olégineux (noix, graines de courge, graines de tournesol…)
  • Une sauce
  • Beaucoup d’amour ! ♥

Quelques idées :

>> Je suis donc parti à la recherche d’un bol suffisamment grand pour réaliser ces chez d’œuvres ! Et après moult explorations, j’ai fini par aller dans un magasin asiatique et là, MIRACLE, tout un choix s’offrait à moi. Mon cœur a cependant penché pour celui-là :

♥ ♥ ♥

Je n’ai pas attendu longtemps avant de l’utiliser et c’est simple, il ne me quitte plus ! (Je le mets pas dans mon sac à main non plus… j’aurais peur de le casser…), voilà quelques photos :

– LES MOINS –

Tu auras envie de prendre tous tes repas en photo tellement ils sont beaux !

– LES PLUS –coeur_des_coeurs> On a envie de les remplir de couleur et la couleur quand on mange, c’est chouette !

> Ils permettent de ne mettre que ce qui va tenir dans ton petit ventre et de ne pas manger par réflexe à la fin du plat !

> Ils se déclinent, comme je le disais plus haut, à l’INFINI, tu deviens un peu un artiste le temps d’un repas et ça aide quand on a pas l’imagination d’un grand chef étoilé !


Il existe même des bouquins, que vous soyez plutôt sucré ou salé ou LES DEUX !


∞ Je vous envoie un bol plein de bonheur ! ∞

PS : Mets-moi tes chez d’œuvres en photo dans les commentaires !